Pages

vendredi 29 mai 2015

In New Yooooooork ! (1ere partie)





Hello !


Première jetée de photos là, tout de suite, d'une semaine à New York, avec la madre.

C'est un peu fou quand j'y pense.

Alors mes impressions sont diverses.
Bien sûr que j'ai adoré, mais je n'y vivrais pas.

C'est marrant, parce que Berlin par contre, y'aurait pas la barrière de la langue, je signe tout de suite !

Ca va vite, ça va super vite à New York, j'ai eu franchement l'impression de faire trois journées en une.
Tu la sens bien la ville qui ne dort jamais !

Bon j'avoue, j'aurais bien passé ces 6 jours exclusivement à Brooklyn.
Aaaaaaah Brooklyn, tout y est cool, branché mais pas prétentieux, les gens sont sérieux, t'indique le chemin et te laisse caresser leur chien.

Leurs CHIENS !
Ils en ont 12 000 les New Yorkais, si un jour les chiens venaient à disparaître mystérieusement du reste du monde, j'accuserai tout de suite les New Yorkais.

C'est tout simplement délirant.
Je suis tombée sur trois supermarchés pour chiens et chats.
Mais surtout chiens.
Des SUPERMARCHES ! Sur plusieurs étages !


 


Nous étions logées en plein Village.
C'était vraiment un coin sympa.
Ma seule inquiétude ? Notre rencontre, inopinée, avec un énooooooorme cafard mort sur le trottoir de notre hôtel.
Genre élevé aux hormones, massif.

Là, la peur t'étreint. Et si, pendant que tu dors peinarde dans ta chambre d'hôtel, une fiesta de blattes a lieu tout autour de toi ?

Mais passons.
En quelques volées de pas, nous étions à Union Square et son petit marché bio journalier.
Et c'est là que la contradiction est géniale.

La ville est pleine de pharmacys blindées de cochonneries, des choses bannies chez toi, ou pire, qui n'y ont jamais existé.
57 parfums de chips différents, des yaourts aux gouts improbables et trois congélateurs immenses de pots de glace king size.

Mais, parallèlement, un immense supermarché bio des pieds à la tête, avec ses clients typiques.
Tu as l'impression que tu vas les intoxiquer avec tes fringues pas 100 % coton-lin ou recyclées.
Tu te sentirais presque coupable dans la queue, prête à payer ton lait pour le corps "crème de citron" (une merveille, aucun regret), parce que ne nous mentons pas, tu viens de t'empiffrer de Twinkies.




Mais la nuit est magique et bizarrement (mais aussi surtout parce qu'on était au sixième étage), j'ai adoré entendre les sirènes des flics toute la nuit.

Tu te dis quand même que c'est pas possible, qu'il y a pas une minute où une connerie n'est pas commise dans cette ville, quand on y pense !


Je vous laisse et la prochaine fois, je vous parle de comment je me suis retrouvée fauchée en deux-deux parce que ... les pourboires !



See U !